Edito novembre 2019

Share Button

abbé wilmer

SOYEZ SAINTS, CAR JE SUIS SAINT,

MOI LE SEIGNEUR VOTRE DIEU (Lv 19,2)

Etre saint c’est notre vocation de baptisé par excellence. Devenus une création nouvelle, nous avons revêtu le Christ. Nous devons lui être semblables comme la foule immense des témoins dont nous faisons mémoire en ce premier novembre. Avec le Pape François visitons Gaudete et exsultate où il voudrait nous donner des pistes pour ce programme de vie. Dans le grand tableau de la sainteté que nous proposent les béatitudes et Matthieu 25,31-46, je voudrais recueillir certaines caractéristiques ou expressions spirituelles qui à mon avis sont indispensables pour comprendre le style de vie auquel Jésus nous appelle. Soulignons trois de ces caractéristiques : Endurance, patience et douceur. La première de ces grandes caractéristiques c’est d’être centré, solidement axé sur Dieu qui aime et qui soutient. Grâce à cette force intérieure, il est possible d’endurer, de supporter les contrariétés, les vicissitudes de la vie, et aussi les agressions de la part des autres, leurs infidélités et leurs défauts : »Si Dieu est pour nous qui sera contre nous ? » Voilà la source de la paix qui s’exprime dans les attitudes d’un saint. Grâce à cette force intérieure, le témoignage de sainteté, dans notre monde pressé, changeant et agressif, est fait de patience et de constance dans le bien. C’est la fidélité de l’amour, car celui qui s’appuie sur Dieu peut également être fidèle aux frères ; il ne les abandonne pas dans les moments difficiles, il ne se laisse pas mener par l’anxiété et reste aux côtés des autres même lorsque cela ne lui donne pas de satisfactions immédiates. La force intérieure qui est l’œuvre de la grâce nous préserve de la contagion de la violence qui envahit la vie sociale, car la grâce apaise la vanité et rend possible la douceur du cœur. Le saint ne consacre pas ses énergies à déplorer les erreurs d’autrui ; il est capable de faire silence devant les défauts de ses frères et il évite la violence verbale qui dévaste et maltraite, parce qu’il ne se juge pas digne d’être dur envers les autres, mais il les estime supérieurs à lui-même.

Père saint, toi qui donnes la grâce sans compter, viens au devant de nous sur le chemin de la sainteté. Donne-nous ton Christ qui est notre seul bien et ton Esprit-Saint qui est notre seul consolateur. Amen !

Père Wilner F-A

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other