Edito avril 2019

Share Button

abbé wilmerIl est sorti du tombeau ! Alléluia !

La montée vers la pâque du Christ que l’Eglise chaque année célèbre est une montée vers Jérusalem, vers la croix et la résurrection. Jésus indique que sa mort sera décidée par des hommes qui veulent le faire disparaître. Son corps est le vrai temple de Dieu. La sortie du tombeau est une élévation vers la droite du Père. Judas va trouver les chefs des prêtres pour livrer Jésus. Le jeudi saint, à la Cène, Jésus annonce : « l’un de vous, qui mange avec nous, va me livrer ». Les chefs des prêtres le livrent à Pilate qui le livre à son tour pour qu’il soit crucifié. Jésus, comme un paquet, une livraison, un cadeau. Car il le dit aussi ; c’est lui qui donne sa vie.
En effet, Marie-Madeleine crie :  » on a enlevé le Seigneur de son tombeau.  » Or le monde des morts ne peut le garder prisonnier, Pierre et Jean en constatent le vide et l’ouverture. Ainsi Jésus a fait sa pâque. Il est passé de la mort à la vie, Il est devenu le Seigneur des vivants et des morts. Dieu, son père l’a ressuscité par la force de l’Esprit-Saint. Au matin de Pâques, le Ressuscité confiait à Marie-Madeleine d’annoncer à ses frères qu’il va vers son père qui est leur père et son Dieu qui est leur Dieu .Il rejoint les disciples d’Emmaüs. Il ouvre leur esprit à l’intelligence des écritures en parlant de tout ce qui le concerne depuis Moïse jusqu’aux prophètes. Ils le reconnaissent à la fraction du pain. Ils reprennent la route pour annoncer que le Maître est bien vivant. Entre les adieux du jeudi soir et les rencontres du dimanche de Pâques, le grand passage eut lieu. Mystère de mort et mystère de la résurrection. Les mots ne définissent ni ne décrivent, ils évoquent, ils invitent à se déplacer, à passer d’un sens à un autre, à se convertir : à croire et à espérer. C’est par Jésus que passe la parole de Dieu.
Exultons de joie, car Il est bien vivant, notre Seigneur Jésus-Christ !

Père Wilner, vicaire